Sites des associations jumelées au Centre Lafaurie :
 
   
 

Contact - plan d'accès

Centre Lafaurie Monbadon
Tel : 05 56 71 05 47
centrelafaurie@free.fr


Historique
 

Octobre 1974

Un groupe de personnes intéressées par l'expression crée une association pour proposer des ateliers de travail et d'expression corporels. Ils s'installent rue Lafaurie-Monbadon : le Centre Lafaurie Monbadon est né.
Jacques Garros, psychomotricien D.E. formé par Hilde PEERBOOM, et Jean Masse, danseur D.E. et chorégraphe formé par Karin WAEHNER, sont embauchés comme animateurs.
Jusqu'en 1979, année de sa mort, Hilde PEERBOOM vient plusieurs fois à Bordeaux superviser l'orientation pédagogique et donner des stages.
La pédagogie est clairement orientée dès le début vers l'éveil à une sensibilité artistique donnant accès à la création et à l'expression.

 

Un développement rapide

Depuis 1977, l'association organise des stages à Castillon-de-Castets où Karin Waehner vient chaque été de 1980 à 1999, année de sa mort, diriger un stage de danse. Elle trouvait là un cadre qui lui a permis de donner le meilleur de son art.
Dans les années 80, les ateliers hebdomadaires rencontrent un franc succès : l'association compte alors jusqu'à 424 adhérents.
Très rapidement, les interventions de l'association dépassent le cadre bordelais et s'étendent à toute la région Aquitaine.
Des stages d'été organisés à Castillon-de-Castets, attirent un grand nombre de danseurs dont certains ont joué un rôle important dans le développement de la danse contemporaine : Dominique Bagouet, Hervé Diasnas, Bernard Glandier, Bernardo Montet, Caroline Dudan, Olivier Gelpe, Marion Mortureux, David Liebard. D'autres danseurs reçoivent au sein de l'association une part importante de leur formation de base comme Bernadette Goureau, Emmanuel Grivet, Claude Magne, Josie Emerit, Anne Maurin, Patricia Borges-Henriques, Pierre-Michaël Faure, Sidi Graoui, Françoise Murcia...

 

Un nouveau lieu, de nouvelles activités...

Après avoir quitté la rue Lafaurie-Monbadon, l'association s'installe complètement à Castillon-de-Castets dans un cadre rural propice au développement de ses activités.
Dès lors, de nouvelles personnes des environs viennent grossir et renouveler les groupes de "travail corporel" et de "danse, mouvement et rythme". Les participants des activités en week-end viennent toujours aussi nombreux et de toute la France.
Les animateurs de l'association sont appelés par ailleurs pour assurer des formations à Bordeaux (au CEFEDEM), à La Rochelle (pour le département, le Conservatoire et le Ballet Atlantique), à Poitiers, à Niort puis à Châteauvallon et à la Schola Cantorum à Paris.
Depuis plusieurs années, l'association propose des stages de "travail vocal" avec la participation de François Bintner, pianiste compositeur et accompagnateur. C'est grâce à sa participation que les stages d'été de travail vocal se terminent par des soirées Cabaret.

 

2000, un nouvel élan...

A partir de juillet 2002, Sébastien de Boussac formé dans l'association et diplômé en psychomotricité, devient animateur à plein temps jusqu'en 2005, puis il ira créer sa propre structure à Toulon.
Dès 2003, les formations dans des structures étrangères se développent au Liban à l'institut de psychomotricité de Beyrouth (jusqu'en 2009), au Maroc, en Grèce, en Espagne (2010).
En 2006, en collaboration avec la compagnie Epiphane et Les Cahiers de l'Oiseau, association dédiée à la transmission du travail de Karin Waehner, le Centre Lafaurie crée une Université d'été consacrée à la danse et au travail corporel en lien avec le travail de la chorégraphe dont Jean Masse est dépositaire de l'oeuvre. Ce stage est organisé depuis tous les deux ans.
En 2007, l'association fait appel à ses adhérents pour remplacer Candice Durand, chargée d'administration en poste depuis 2005. Maryse Roussannes devient trésorière bénévole et prend en charge la gestion et la comptabilité de l'association. Son entrée dans le bureau est une grande chance car elle va faire profiter de ses compétences en restructurant tout le système administratif. Le poste administratif est recréé en 2009 et c'est Pascaline Rousset-Mazeau déjà chargée d'administration de la Compagnie Epiphane qui est recrutée.
L'association soutient financièrement deux jeunes danseurs marocains de Marrakech rencontrés à l'occasion de formations données au Maroc par Jean Masse et Jacques Garros. Ils ont été recrutés ensuite par l'école de PARTS à Bruxelles pour suivre une formation professionnelle de quatre ans.
En 2008, Jacques Garros intervient dans la formation des éducateurs des enfants des rues à Tanger. Il y retourne plusieurs fois et depuis lors le Centre Lafaurie continue son soutien à la Coopérative artistique "Mémoire d'avenir".
Cette même année, la Compagnie Epiphane organise la transmission du solo de Karin Waehner "L'Oiseau qui n'existe pas", de Barbara Falco sa dernière interprète, à trois danseurs : Patricia Borges-Henriques, Marianthi Psomataki et Sidi Graoui. Trois anciennes interprètes de ce solo sont réuniesà cette occasion et pour animer ou intervenir lors de l'Université d'été : Jacqueline Toï, Christine Brunel et Barbara Falco. Elles font partager à 14 stagiaires leur expérience du travail d'interprète et de la transmission. Moment fort où fût célébré et transmis l'élan créateur et la force pédagogique de Karin Waehner.
A partir de 2009, le Centre Lafaurie est sollicité en Aquitaine par des organismes de formation en danse : le PESMD, le Junior Ballet d'Aquitaine et le centre de formation Adage à Bordeaux. Le Conservatoire de musique et de danse de la Roche sur Yon fait appel à Jacques Garros pour intervenir auprès des enseignants et des élèves.
Début 2010, déjà animateur des week-ends enfant avec Patricia B.-Henriques et Karen Juan, Olivier Rasal-Allué, diplômé de l'institut de psychomotricité de Bordeaux en 2005 puis du Conservatoire de Bordeaux en danse, prend une nouvelle place dans l'association pour animer son propre atelier le lundi soir à Bordeaux.
Pendant l'été, la quatrième Université d'été se consacre à la pièce de Karin Waehner "Les Marches". Trois anciens danseurs du Ballet Karin Waehner y participent : Michèle Mengual, Edith Liénard et Bruno Genty. Ils dansent deux extraits reconstitués de la pièce. Elena Bertuzzi, notatrice, initie les participants à la technique de notation Laban. C'est en fait un point d'orgue du projet de notation mené par E. Bertuzzi avec le soutien des associations Les Cahiers de l'Oiseau, le Compagnie Epiphane et le Centre Lafaurie.

 

2011

Après 38 ans ininterrompus d'animation le lundi soir à Bordeaux, Jacques Garros passe le relais à Olivier Rasal-Allué.

 

2012

Françoise Dupuy nous fait l'honneur et le plaisir de venir diriger l'Université d'été de danse. Ce fut un grand moment de partage.

 

2014, 40 ans !

Il est impossible de répertorier tous les psychomotriciens, les enseignants de danse, de musique, les artistes, tous les professseurs d'école, de collège et de lycée, les animateurs, les éducateurs, les enseignants, les kinésithérapeutes et tous les parents qui ont intégré dans leur pédagogie ce qu'ils ont reçu dans l'association. On peut peut-être parler d'un "mouvement" qui au moins dans les domaines de la danse et de la psychomotricité, a été influencé par l'activité du Centre Lafaurie et de la Compagnie Epiphane.
Sous la présidence de Bernardo Montet en août à Castillon-de-Castets et en octobre à Bordeaux se sont déroulées les manifestations des 40 ans d'activité sous le titre "La vie devant nous". Conférences, débats, master-classes de danse, soirées artistiques, exposition ont marqué une semaine de rencontres et de retrouvailles chaleureuses. Faisons une mention spéciale pour signaler la soirée danse où, au cours de deux programmes, 18 danseurs et 1 musicien, tous reliés à notre "mouvement", ont manifesté comment une sensibilité commune permet de maintenir le lien malgré des trajectoires très différentes. Ce fut évident dans l'improvisation collective proposée par Bernardo Montet aux artistes participants.